Quelques chiffres :

30% des conducteurs ont un défaut visuel non corrigé ou mal corrigé ; 5% ont un problème de vision majeur et 2% une vision en-deçà des normes du permis de conduire.

62 % des Français ignorent que tout candidat au permis de conduire doit s'assurer qu'il a une acuité visuelle compatible avec la conduite. Par ailleurs, 34 % des conducteurs qui ont des lunettes ou des lentilles ne les portent pas pour conduire. Or 10 à 12 % des accidents de la route seraient liés à des problèmes de vue, selon L'Association nationale pour l'amélioration de la vue (Asnav).

L'aptitude à la conduite automobile :

Elle repose réglementairement sur la mesure d’une vision correcte, quel que soit l’âge du conducteur et même si celui-ci suit un traitement pour la vue. L’élément essentiel est la capacité d’évaluation du monde environnant. Il faut donc connaître ce qui risque de la modifier: alcool, drogue, médicaments susceptibles d’altérer la vigilance et le comportement. Sans oublier qu’il y a des troubles visuels dont l’origine est dans le cerveau…

L’impact de la santé sur la conduite est très important. Si vous avez pris des médicaments ou que vous êtes trop fatigué, vous risquez un accident à tout moment. Les troubles de la vue sont parmi les plus dangereux Il est conseillé de nettoyer régulièrement le pare-brise, les vitres et les rétroviseurs, de changer les feux pour ne pas accentuer une mauvaise vision. Il faut aussi surveiller régulièrement sa vue chez un ophtalmo et éviter la conduite de nuit.

L'examen de la vue :

En France, la visite médicale n’est pas obligatoire ni automatique pour obtenir son permis de conduire, et celui-ci est délivré à vie. Mais, Il faut une acuité visuelle au moins égale à 5/10 et un champ visuel satisfaisant. Le conducteur n'est contrôlé qu'à la suite d'une demande faite par la préfecture. Cela arrive quand il y a eu un retrait de permis pour infraction, ou dans le cadre d'un accident. Les poids lourds, taxis, ambulance sont soumis à un contrôle obligatoire fait par la préfecture, tous les 5 ans s'il n'y a pas de problème, ou bien à des fréquences plus élevées en cas d'acuité visuelle limite ou de pathologie évolutive.

Dans tous les cas, l’obligation de correction optique doit être déterminée par certificat d’un médecin ou d’un spécialiste si nécessaire. En cas d’intervention chirurgicale modifiant la réfraction oculaire, l’avis d’un spécialiste sera indispensable ; Concernant le permis des véhicules légers, si vous perdez la vue d’un oeil (acuité inférieure à 1/10), vous devez attendre un délai de six mois avant d’obtenir ou de renouveler votre permis de conduire, et vous devrez équiper votre véhicule de rétroviseurs bilatéraux.

Obtenir ou renouveler le permis de conduire :

Les critères ont été fixés par des textes règlementaires (indiqués ci-dessous).

Il faut notamment avoir :

  • une acuité binoculaire au moins égale à 5/10.
  • un champ visuel satisfaisant

"Tout candidat à un permis de conduire devra subir les examens appropriés pour s'assurer qu'il a une acuité visuelle compatible avec la conduite des véhicules à moteur. S'il y a une raison de penser que le candidat n'a pas une vision adéquate, il devra être examiné par une autorité médicale compétente. Au cours de cet examen, l'attention devra porter plus particulièrement sur l'acuité visuelle, le champ visuel, la vision crépusculaire, la sensibilité à l'éblouissement et aux contrastes et la diplopie, ainsi que sur d'autres fonctions visuelles qui peuvent compromettre la sécurité de la conduite."

Toutefois: un avis spécialisé peut permettre aux conducteurs du groupe I qui ne satisfont pas aux normes relatives au champ visuel ou à l'acuité visuelle la délivrance d'un permis de validité limitée, après mesure de sensibilité à l'éblouissement, de la sensibilité aux contrastes et de la vision crépusculaire.

 

Source : D’après le SNOF Syndicat National des Ophtalmologistes de France

Retour Bilan de la vue

Retour